Articles en Français | English | Arabic

Nous voulons avancer

Partager l'article sur les réseaux :
image_pdfimage_print

Johnny Cohen / unspash.com

Personne n’a l’intention de devenir un réfugié, cela arrive tout simplement

Ta vie commence comme celle de beaucoup de personnes : ta première école est celle de tes parents ; ensuite, tu entres à l’école obligatoire, puis tu progresses toujours, régulièrement, vers d’autres acquis et diplômes. En fonction du métier que tu auras choisi, tu feras des mises à jour fréquentes, tu assisteras à des séminaires, à des cours de langues. Ta vie professionnelle se développera tout au long de nombreuses années d’efforts, d’objectifs réalisés en nouveaux objectifs à atteindre, sans répit. Oui, la vie est pleine de défis…

Quand j’ai quitté la Colombie, je n’imaginais pas ce à quoi j’allais devoir faire face, dans un pays inconnu, avec une langue nouvelle, avec des coutumes et des lois totalement différentes de celles de mon pays.

 Je suis venue chargée du sac à dos de mes connaissances. J’espérais qu’une fois admise comme réfugiée, je pourrais continuer à exercer mon métier. Eh bien non ! Au lieu d’avancer, nous passons nos journées à brûler nos neurones en réfléchissant à comment utiliser nos connaissances pour accéder à une vie professionnelle afin de sortir de l’aide sociale. Je ne comprends pas comment tant de compétences et de professionnalisme peuvent être gaspillés, pour la seule raison que nous sommes arrivés dans le pays en tant que réfugiés.

« Oublie ce que tu étais auparavant et recommence tout », voilà le message que nous recevons. C’est peut-être une bonne chose dans certains cas et, pour certaines personnes, l’oubli en vaut peut-être la peine. Mais pas pour moi.

Au fond, ce que nous avons vécu est délaissé, mis de côté, à partir du moment où nous obtenons notre « diplôme » de réfugié.

Avec la force qui nous reste, nous donnons tout pour avancer, pour continuer ce chemin que nous suivons dorénavant sans but, sans rêves, avec l’âme brisée et épuisée.

Martha Campo

Membre de la rédaction valaisanne de Voix d’Exils



Un commentaire a Nous voulons avancer

  1. Clara dit :

    J’ai adoré, merci pour votre sensibilité, pour montrer la réalité de nombreuses personnes, qui pour différentes raisons ont dû émigrer et sont disqualifiées, discriminées et la plupart du temps par les mêmes personnes qui devraient les protéger, je vous remercie de cette publication si importante et si bien accomplie exprimant ce que beaucoup d’entre nous ne parviennent pas à faire

Répondre

Votre message ne sera envoyé que si tous les champs marqués d'un *     sont remplis

Nom: *





« (Article précédent)



WordPress Video Lightbox Plugin