« Pour moi, le fil de l’espoir est rompu… »

Illustration: Kristine Kostava / Voix d’Exils

Le parcours chaotique d’un requérant d’asile algérien en Suisse

Après avoir été victime de nombreuses tentatives de meurtre, de menaces verbales et morales, Rachid Boukhemis, 60 ans, décide de quitter l’Algérie pour retrouver la paix et la sérénité dans un pays démocratique. Ce professeur d’arabe laisse derrière lui sa famille, ses amis et ses biens.

Plein d’espoirs en une vie meilleure lors de son arrivée à Vallorbe, fin 2017, il va rapidement déchanter. Considéré comme cas Dublin pour être passé par la France sur le chemin de l’exil, il recevra une réponse négative à la demande d’asile qu’il a déposée en Suisse. Son rêve s’effondre et vire au cauchemar lorsque, un matin d’été, les forces de police viennent l’arrêter à son domicile pour le renvoyer en France. Il sera brutalisé et brièvement emprisonné avant d’être relâché complètement traumatisé. Rachid Boukhemis est l’un des rédacteurs de Voix d’Exils, à ce titre il a voulu témoigner de son douloureux parcours sur notre site.

« Hébergé dans un premier temps au centre d’enregistrement de Vallorbe, j’ai ensuite été envoyé dans le foyer de l’Établissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM) de Bex, dans le canton de Vaud. Ensuite, j’ai reçu une décision négative de la part du Secrétariat d’État aux migrations et j’ai été transféré au foyer d’aide d’urgence d’Ecublens.

En état de choc

Le 17 août 2018, à cinq heures du matin, alors que j’étais endormi, j’ai entendu une clé tourner dans la serrure. Le gardien du foyer est entré dans la chambre et, en me montrant du doigt, il a dit aux deux policiers qui l’accompagnaient: « C’est celui-là ! ». Je me suis assis sur mon lit en me frottant les yeux.

Un policier m’a demandé de m’habiller et d’emporter avec moi les médicaments que je prenais. J’ai obéi aux ordres. On m’a mis des menottes aux poignets. C’était la première fois que je voyais ces bracelets en fer d’aussi près…

J’ai été emmené au poste de police de Bussigny où j’ai tout d’abord été fouillé et forcé à me déshabiller. C’était la première fois que je me retrouvais complètement nu devant des étrangers.

Puis j’ai été placé en cellule, comme si j’étais un criminel. Je suis resté silencieux, j’étais en état de choc. Après deux heures environ, la porte de ma cellule s’est ouverte et on m’a demandé de monter à l’étage pour prendre mes empreintes digitales.

Suite à cela, j’ai été conduit à l’aéroport de Genève où je devais prendre un avion à destination de Nantes, en France, conformément à la procédure Dublin.

Quand est arrivé le moment d’embarquer, j’ai refusé de monter à bord. Le policier qui m’avait mené à la porte d’embarquement a alors commencé à me frapper jusqu’à ce que mon sang coule. La femme qui nous accompagnait, probablement une employée de l’aéroport, a réagi et a demandé au policier d’arrêter. Le capitaine de l’avion a, quant à lui, fermé la porte de l’avion et a dit qu’il ne m’emmènerait pas dans son vol. Pendant que nous descendions l’escalier qui nous avait menés à la porte d’embarquement, le policier continuait de me frapper.

Prisonnier sans culpabilité

Suite à cela, deux autres policiers m’ont emmené à la prison de Champ-Dollon à Genève. Pour dissimuler les violences commises contre moi, le responsable de la prison m’a demandé de me laver pour enlever les traces de sang. Sentant la fièvre monter, je me trouvais dans un état d’horreur, d’étonnement et de douleur. En réalité, j’étais un prisonnier sans culpabilité.

Vers 14h30, le gardien m’a informé que la prison avait reçu un ordre de libération immédiate. Une fois relâché, j’ai marché à pieds jusqu’à l’hôpital de Nyon où je suis resté jusqu’au matin. J’ai été examiné par un médecin qui a produit un certificat médical dans lequel il a confirmé que je présentais de multiples lésions, hématomes et plaies sur tout le corps. Certificat que j’ai transmis à la rédaction de Voix d’Exils.

De retour à Lausanne, j’ai contacté un avocat. Il m’a dit que le dépôt d’une plainte contre le policier me coûterait au minimum 4’000 francs suisses, et que cela ne me garantissait pas de gagner le procès, car un policier équivaut à deux témoins. J’ai alors décidé d’abandonner l’idée de porter plainte parce que je n’avais pas d’argent.

Je suis à ce jour pleinement conscient des conditions de vie sans espoir qu’endurent les réfugiés et du traitement brutal qui leur est réservé.

Pour moi, désormais, le fil de l’espoir est rompu. »

 

Rachid Boukhamis

Membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils

 

Des aides pour les victimes de violence

Suite au témoignage de notre rédacteur, la rédaction a contacté plusieurs institutions pour savoir auprès de qui et comment les victimes de violences peuvent obtenir une aide.

·  Selon nos interlocuteurs et interlocutrices du Service d’Aide Juridique aux Exilé-e-s (le SAJE) et du Centre Social Protestant (le CSP), la médiatisation et/ou l’ouverture d’une procédure judiciaire sont les principaux chemins que peuvent emprunter les personnes requérantes d’asile si elles se retrouvent dans une situation similaire à celle vécue par Rachid. Par conséquent, les tarifs habituels pratiqués par les avocats s’appliquent et la somme annoncée par notre rédacteur bien qu’élevée est exacte.

·   Les centres LAVI, conformément à la Loi fédérale sur l’aide aux victimes d’infractions, aident les personnes victimes de violences physiques, sexuelles ou psychiques. Leurs interventions se situant à l’intersection des domaines juridique, psychologique et social. Ces centres proposent un soutien aux victimes ainsi que l’octroi de prestations financières (dont les honoraires d’avocat), en fonction de l’atteinte subie. On peut faire appel à ces centres dans les cantons romands, soit à Genève, Vaud, Fribourg, Valais, Neuchâtel et Jura.

·  Que l’on soit résident ou de passage à Genève, on peut, en cas de différend avec la police cantonale ou les polices municipales, faire appel à l’organe de médiation police (l’OMP). A noter que le recours à la violence physique n’est pas considéré comme un différend. Ainsi, si des violences physiques ont eu lieu, l’OMP invite à dénoncer les faits ou à porter plainte auprès des autorités compétentes.

Jovan Mircetic

Membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils

 

 

 




Dans le sillage d’Orphée

 

Voix d’Exils participe à l’édition 2021 du Printemps de la poésie

Partis du Kosovo, d’Albanie et de Colombie, Masar Hoti, Elvana Tufa et Martha Campo sont des poètes et poétesses migrant.e.s. Leurs œuvres ont été traduites de l’albanais et du castillan. Photographe et cinéaste à Voix d’Exils, Ahmed Mohammed a réalisé des ciné-poèmes sur les rives lausannoises du Léman avec les auteur.e.s. Ces six créations sont réalisées à l’occasion de la 6ème édition du Printemps de la poésie par Voix d’Exils en collaboration avec l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (l’EVAM).

La sixième édition du Printemps de la poésie, qui se déroule cette année du 20 mars au 3 avril, mute en un vaccin: le PrimaPoetica® : « un festival de poésie qui a pris un format covido-compatible certes, mais pas seulement. Nous voulons montrer ce que la résilience d’un écosystème culturel peut amener : des nouvelles idées, des formats originaux, la prise en main d’outils quotidiens pour y faire de la poésie ». 

Découvrez sans attendre les 6 ciné-poèmes de nos trois poètes et poétesses de la série intitulée:  Dans le sillage d’Orphée :

« Miracle / Mrekulli » et « Pour la Paix  / Për Paqe » de Masar Hoti, membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils.

Masar Hoti. Ahmed Mohammed / Voix d’Exils.

« Cherche-moi / Búscame » et « Hier / Ayer » de Martha Campo, membre de la rédaction valaisanne de Voix d’Exils.

Martha Campo. Ahmed Mohammed / Voix d’Exils.

« L’âme / Shpirti » et « Orphée / Orfeu » d’Agron Tufa, interprétés par Elvana Tufa, membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils.

Elvana Tufa. Ahmed Mohammed / Voix d’Exils.

La rédaction de Voix d’Exils

Le Printemps de la poésie

Une 6ème édition covido-compatible du 20 mars au 3 avril 2021

L’Ouest de la Suisse possède désormais un formidable réseau Poésie qui se mobilise pour faire vibrer les villes et les plaines. Pendant une quinzaine de jours, une centaine de partenaires proposent généralement plus de 120 événements sur ce territoire, qui devient une scène ouverte de la poésie contemporaine. Derrière ces chiffres impressionnants se cachent des personnes passionnées, sensibles, engagées. Qui aurait pu croire en 2015 que plus de 500 acteurs uniraient leurs forces et leurs compétences chaque printemps, pour que la poésie devienne accessible à un large public ? Les plus grandes institutions académiques ou culturelles, comme les petites associations, joignent leurs événements dans un même élan. Propulsé par l’Université de Lausanne et une petite équipe dynamique, le Printemps de la poésie est plus qu’un festival, c’est un symbole de vitalité et du rayonnement de la Suisse ouverte, plurielle, numérique, démocratique. Et on le redit encore : la poésie, c’est maintenant, partout et pour tous.

Depuis le début de la pandémie, le festival a pris une modalité de résilience. Faire le dos rond face aux difficultés et s’adapter en apportant un sens de l’innovation et de la convivialité par l’alliance du livre et du numérique.

Lire la suite de l’article ici

Antonio Rodriguez
Directeur artistique et scientifique du festival

 




Revue de presse #47

La revue de presse, la nouvelle rubrique de Voix d’Exils. Auteur; Damon / Voix d’Exils

Sous la loupe : De plus en plus de personnes issues de l’asile intégrées sur le marché du travail vaudois / Frontex suspend ses activités en Hongrie / Un vol spécial pour l’Éthiopie malgré une mobilisation citoyenne / Génération identitaire sur la sellette ?

De plus en plus de personnes issues de l’asile intégrées sur le marché du travail vaudois

swissinfo.ch, le 27 janvier 2021

Lors d’une conférence de presse en ligne qui s’est tenue le 27 janvier, Erich Dürst – directeur de l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (l’EVAM) – s’est réjoui de la progression sur le marché du travail des personnes détentrices d’un permis F (personnes au bénéfice d’une admission provisoire). Si la dynamique est positive depuis plusieurs années, les répercussions du Covid-19 sur leur prise d’emploi s’avèrent quant à elles marginales. Selon M. Dürst, l’an dernier, 1’038 personnes (37%) au bénéfice d’un permis F exerçaient une activité lucrative, contre 990 (35,9%) en 2019. Or, elles n’étaient que 588 (25,7%) il y a trois ans.

Dans la même lignée, le directeur de l’EVAM a souligné que 41% des personnes arrivées en Suisse en 2014 (et même 47% de celles arrivées en 2015 et 2016) ont aujourd’hui un emploi. Les autres cantons constatent des hausses similaires. Ces résultats positifs ont un effet bénéfique important sur l’intégration de ces personnes, mais aussi sur les finances publiques, a également affirmé M. Dürst. L’un des objectifs de l’Agenda Intégration Suisse de la Confédération est donc en voie d’être atteint. En effet, la Confédération a fixé aux cantons un objectif lié à l’emploi : sept ans après leur arrivée en Suisse et le dépôt de leur demande d’asile, 50% des personnes adultes détentrices d’un permis F doivent être durablement intégrées sur le marché du travail. Toutefois, « Si ces chiffres sont positifs, il reste beaucoup à faire » a averti Erich Dürst.

Frontex ne veut pas être complice de la politique migratoire hongroise

Le 24 Heures, le 27 janvier 2021

Le 27 janvier 2021, l’agence de surveillance des frontières de l’Union européenne – Frontex – a suspendu toutes ses activités opérationnelles sur le terrain en Hongrie. Cette décision fait suite au constat établi en décembre dernier par la Cour de justice de l’Union européenne qui soutenait l’existence de nombreuses failles dans les procédures d’asile du pays. A cet effet, Andras Lederer, membre du Comité Helsinki hongrois (HHC) – un organisme de surveillance non gouvernemental – a déclaré que la décision de Frontex est importante puisque l’agence n’a jamais suspendu ses activités auparavant. M. Lederer estime que Frontex a été forcée de suspendre ses opérations en Hongrie car elle risquait d’être tenue pour « complice » de la politique migratoire hongroise.

Un vol spécial pour l’Éthiopie diligenté malgré une mobilisation citoyenne

RTN, le 28 janvier 2021  

La mobilisation en Suisse pour empêcher le renvoi forcé de plusieurs personnes en procédure d’asile déboutées vers l’Éthiopie n’a pas suffi. Le 27 janvier dernier, les principaux concernés (cinq requérants d’asile selon plusieurs organisations) ont pris un vol spécial en direction de l’Éthiopie. L’un d’eux vivait dans le canton de Vaud depuis plusieurs années et y était bien intégré, a relevé Élise Epiney de l’association Stop Renvoi. Du côté du Secrétariat d’état aux migrations (le SEM), on souligne que ce vol spécial était publiquement connu et que plusieurs personnes ont été renvoyées à bord de ce dernier. Alors que le départ du vol était imminent, plusieurs ONG humanitaires ont demandé l’arrêt immédiat des rapatriements forcés depuis la Suisse vers l’Éthiopie. En effet, la situation du pays est jugée particulièrement précaire par de multiples organisations rappelle la section vaudoise de la Ligue suisse des droits de l’Homme. Le SEM estime pour sa part que les voyages de retour de requérants d’asile déboutés restent possibles malgré la pandémie. L’exécution des renvois n’est donc pas stoppée, mais cela dépend toutefois fortement du pays concerné.

Génération identitaire sur la sellette ?

Le 24 Heures, le 26 janvier 2021

En évoquant la possibilité d’une dissolution de « Génération Identitaire » (GI), le ministre français de l’Intérieur – Gérald Darmanin – a condamné publiquement les agissements du groupe militant. Pour rappel, fin janvier, une trentaine de militants de GI se sont installées au Col du Portillon et ont utilisé un drone pour surveiller la frontière franco-espagnole. Selon un message posté sur les réseaux sociaux de GI, cette action entendait lutter contre le « risque terroriste et migratoire dans les Pyrénées ». Ce mouvement politique a également fait parler de lui en multipliant les démonstrations d’hostilité envers les personnes migrantes à la frontière franco-italienne. A cet effet, plusieurs élus du sud-ouest de la France, dont la présidente socialiste de la région, Carole Delga, avaient demandé au ministère de l’Intérieur la dissolution du groupuscule.

Masar Hoti

Membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils

 

 

 




« Félicitations aux Suisses

Ahmad Mohammad /Voix d’Exils. Photo prise le 12.01.2021.

pour leur hospitalité, leur générosité et leur tolérance »

Malgré son parcours semé d’embuches dans notre pays et plusieurs décisions négatives en réponse à ses démarches pour l’obtention du permis B, Valéry Martseniuk, en Suisse depuis 7 ans et rédacteur à Voix d’Exils, trouve les Suissesses et les Suisses hospitaliers, généreux et tolérants. Un podcast réalisé le 12 janvier dernier et produit par notre technicien radio Ezio Leet à découvrir ci-dessous:

 

 

Ahmad Mohammad / Voix d’Exils. Photo prise le 12.01.2021.

 

Ahmad Mohammad / Voix d’Exils. Photo prise le 12.01.2021.

 

Ahmad Mohammad / Voix d’Exils. Photo prise le 12.01.2021.

La rédaction vaudoise de Voix d’Exils




« Dans le quotidien d’un requérant d’asile »

« Dans le quotidien d’un requérant d’asile », un film documentaire réalisé par Arash Nurani, Suisse, 2020.

Un film de Arash Nurani à découvrir en première mondiale sur Voix d’Exils aujourd’hui!

Il était annoncé en novembre et le voici enfin! Nous avons l’immense plaisir de vous présenter en première mondiale sur Voix d’Exils: « Dans le quotidien d’un requérant d’asile », un film documentaire réalisé par Arash Nurani (alias Damon) et produit par Voix d’Exils.

Damon s’intéresse depuis plusieurs années à la vie quotidienne des personnes en procédure d’asile du canton de Vaud (en Suisse) où il réside. Il décide alors de réaliser son premier film documentaire sur ce sujet, un projet qu’il mène dans le cadre de sa participation à Voix d’Exils. Fin 2019, le projet se concrétise lorsqu’il rencontre Farid Darabi, un requérant d’asile originaire d’Iran comme lui. Un ami commun les présente l’un à l’autre car ils partagent une passion commune pour la musique. Durant quatre mois, entre janvier et avril 2020, Damon partage avec lui son quotidien et réalise son film à partir de cette expérience.

« Ce film parle du quotidien de Farid, un requérant d’asile qui réside dans le Canton de Vaud et aborde les thèmes de la liberté et de l’espoir » Arash Nurani (alias Damon) réalisateur du film.

Le film est d’une durée de 18 minutes et les échanges sont en farsi. Pour activer les sous-titres français ou anglais, merci de suivre les 4 étapes qui se trouvent sous la fenêtre dans laquelle apparaît le film.

Dans le quotidien d’un requérant d’asile, un film documentaire de Arash Nurani (alias Damon), Suisse, 2020.

4 clics pour visionner le film

Étape 1

Suivant votre navigateur, il se peut que l’icône soit différente et se présente ainsi:

Étapes 2 et 3

Étape 4

Un film à diffuser largement

Compte tenu de la situation sanitaire, il n’était pas envisageable d’organiser des projections publiques pour la sortie du film. Du fait qu’il est produit sous licence libre creative commons, à l’instar de tous les contenus de Voix d’Exils, vous pouvez soutenir ce projet en le diffusant largement à travers vos réseaux sociaux.

N’hésitez pas à partager avec nous vos impressions en déposant un commentaire à la fin de cet article.

Bon visionnage!

La rédaction vaudoise de Voix d’Exils