L’aide sociale

Pixabay License

Un droit ou une honte ?

En Suisse, l’aide sociale a pour objectif d’aider les personnes dans le besoin, tout en préservant leur dignité humaine. Sont concernés: les chômeurs en fin de droit, les personnes en situation de handicap et les réfugiés dans l’impossibilité de travailler.

Dans la plupart des pays occidentaux, l’accès à diverses mesures sociales garantit aux citoyens en difficulté des conditions de vie décentes. Un toit, l’accès aux soins, l’école pour les enfants, à manger en suffisance… En assurant la satisfaction des besoins de base, les aides sociales permettent également le maintien de l’ordre public. En Occident, on ne verra pas d’émeutes de la faim dans les rues des grandes villes.

Si travailler permet de vivre dignement des fruits de son labeur, que faire lorsque le travail est un rêve inaccessible après un licenciement, une maladie, une période de chômage prolongée, une incapacité à intégrer le monde professionnel ? Faire appel à l’aide sociale.

Dans la réalité, ce recours peut s’avérer impossible. Ainsi, certaines personnes refusent d’y faire appel parce qu’elles ont honte d’avouer qu’elles sont dans le besoin. Elles préfèrent puiser dans leurs économies au lieu de faire valoir leurs droits. En agissant ainsi, elles espèrent éviter qu’on leur reproche de profiter du système.

D’autres personnes ne reçoivent pas l’aide sociale simplement parce qu’elles sont mal informées et ne font pas les démarches nécessaires pour y avoir droit.

Aide-toi, et le ciel t’aidera

A Djibouti, d’où je viens, comme dans beaucoup de pays africains, le peuple ne reçoit aucune sorte d’aide sociale. Ceux qui se retrouvent au chômage ou qui ne gagnent pas suffisamment d’argent pour vivre et faire vivre leur famille n’ont d’autre alternative que de se débrouiller par eux-mêmes ou de faire appel à la générosité familiale.

En l’absence d’un système d’aide proposé par les États, la solidarité familiale et le système D restent les moyens les plus utilisés et les plus profondément inscrits dans les cultures locales.

Aux yeux de beaucoup d’Africains qui émigrent en Europe, l’aide sociale ne représente pas un droit, mais une aide faite aux mendiants. Les Djiboutiens utilisent le terme péjoratif de « caydh », à traduire par « pauvreté extrême », pour qualifier le statut de ceux qui en bénéficient.

C’est pourquoi, les réfugiés installés en Europe qui confient à leur famille restée au pays qu’ils sont sans travail et qu’ils dépendent de l’aide sociale sont très mal vus. Mieux vaut ne pas en parler pour éviter les préjugés et les déceptions.

Finalement, je pense qu’il faudrait faire abstraction des préjugés qui pèsent ici comme ailleurs sur les personnes à l’aide sociale. Là où elle est proposée, les hommes et les femmes dont les difficultés financières justifient qu’ils la reçoivent devraient la considérer comme un droit et non pas comme une honte.

Oumalkaire

Membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils

 

 




« Je ne baisse jamais les bras car la vie est un éternel combat »

 

Nashwan Bamarné. Photo: Eddietaz.

 

Les 10 ans de l’EVAM – Interview de Hachim Nashwan

De son nom d’artiste Nashwan Bamarné et de son vrai nom Hachim Nashwan, Nashwan est un artiste peintre, sculpteur et dessinateur Kurde. Arrivé en Suisse en 2007, il est atteint d’un handicap physique qui le prive de l’usage de ses jambes.

Pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Hachim Nashwan, je viens du Kurdistan Irakien. Je parle arabe, anglais, Italien, Kurde et français. Je suis arrivé en Suisse dans le canton de Vaud en mars 2007.

S’agissant de mon parcours scolaire et académique, j’ai suivi une formation de cinq ans dans les beaux-arts dans la région de Bamarné, ma ville natale, qui se trouve dans le département de Dohuk au Kurdistan d’Irak. J’ai appris les techniques du dessin, de la sculpture sur bois et sur pierres, pour en faire des portraits et fabriquer des stèles commémoratives pour toute la région du Nord du Kurdistan irakien. Après cela, je me suis dirigé vers l’enseignement et j’ai intégré un centre dans la ville de Dohuk, un établissement pour jeune filles où j’ai enseigné l’art et le dessin, ce pendant deux ans et demi. J’ai un parcours de neuf ans dans le domaine de l’art et du dessin. De même, j’ai collaboré avec la radio et la télévision Kurde « AZADI » où j’étais directeur de programmes de trois émissions sur les thèmes : art et vie ; handicap ; et problèmes de société.

Malgré mon handicap moteur, j’ai beaucoup œuvré pour le développement de l’art dans mon pays et pour ma ville natale Bamarné. Autrement, en Suisse, je continue à travailler seul et je n’ai toujours pas intégrés le marché du travail. L’art ne fait pas vivre, surtout que maintenant je me trouve dans un pays étranger et en plus avec un handicap. Franchement, ce n’est pas facile pour moi mais je ne baisse jamais les bras car la vie est un éternel combat.

Je participe à des programmes d’intégration dans plusieurs associations de la région lausannoise en qualité de bénévole. Parmi ces occupations, la plus importante est un atelier d’arts visuels que j’ai développé et animé à l’EVAM.

Nashwan Bamarné. Photo: Eddietaz / Voix d’Exils.

 

Comment s’est passé votre apprentissage de la langue française ?

Au début, ce n’était pas facile pour moi au niveau de l’apprentissage de la langue du pays. J’ai suivi un programme initié par l’EVAM. Ce cursus d’apprentissage de la langue française a duré un mois et demi. C’était à la fin de l’année 2007 et au début de l’année 2008. Je voulais continuer mon apprentissage, mais j’ai dû abandonner en raison de ma maladie. La langue, je l’ai apprise surtout à travers les nouvelles relations que j’ai nouées et les discussions avec les gens que je côtoie dans les associations caritatives et les cercles que je fréquente en ville de Lausanne. Je trouve la langue française facile et pas très compliquée. C’est une belle langue avec des sons et des airs qui donnent à chanter. En quelque sorte un chant et une mélodie se dégagent de cette langue. On dit: « quand on veut, on peut », et c’est tout à fait normal de souffrir au début pour apprendre.

Avez-vous participé aux programmes d’intégration de l’EVAM ?

Oui, j’ai participé à Voix d’Exils entre 2009 et 2011. Voix d’Exils était à l’époque un journal papier qu’on imprimait et distribuait. Ma venue dans ce journal coïncidait avec une transition dans la vie du média : le passage de la presse écrite à une nouvelle formule en ligne sous la forme d’un blog, qui est devenu aujourd’hui un site d’information. Ma participation à ce programme a été quelque chose de très bénéfique pour moi. Je suis d’ailleurs fier de ma contribution à la création de la formule en ligne du journal. J’ai également rédigé des articles et produit beaucoup de caricatures et de dessins, comme par exemple la série « les moutons noirs ». Après deux années passées à Voix d’Exils, j’ai reçu une réponse positive à ma demande d’asile et j’ai dû quitter mon journal pour voler de mes propres ailes.

Quel est votre parcours professionnels en Suisse ?

Ce n’est pas facile pour un homme comme moi en chaise roulante qui parlait au début très peu le français de trouver son chemin au milieu d’une population francophone, sachant parfaitement l’importance de la maîtrise d’une langue dans le monde du travail. Pouvoir trouver un emploi stable adapté à mon handicap, cela demande beaucoup d’énergie et beaucoup de sacrifices.

Dans l’état où je me trouve, il est préférable pour moi de trouver un emploi adapté à mon handicap physique et les employeurs doivent aussi faire un effort pour intégrer une personne en situation de handicap. Et pourtant, dans les structures pour lesquelles je participe bénévolement, il m’ai arrivé de donner plus que d’autres, juste dans l’espoir de faire reconnaître l’intérêt et le rôle que peut jouer une personne en situation de handicap dans le monde du travail. J’ai beaucoup donné pour des associations romandes telles que Point d’appui, Point d’eau etc…

C’est quoi pour vous l’intégration ?

L’intégration commence par : « acceptez-moi comme je suis ». En clair, cela implique de dépasser les préjugés qui freinent l’intégration et qui bloquent le chemin de la progression sociale de quiconque, en particulier en situation de handicap. Ceci dit, je suis bien intégré au sein de la société Suisse, je compte beaucoup d’amis d’origines et de nationalités différentes. Avoir un réseau d’amis là où l’on se trouve est une nécessité et une obligation pour s’émanciper et s’intégrer dans la société. Sortir et se faire des amis, c’est primordial lorsqu’on se retrouve seul et sans famille. Il faut aller de l’avant, ne pas baisser les bras en cours de route ou rester seul et isolé d’un monde grâce auquel on pourra apprendre très vite.

L’art facilite-t-il votre intégration ?

Parfois, en étant assis sur la terrasse d’un café ou dans un restaurant, il suffit que je prenne mon crayon pour faire un dessin quelconque et je me retrouve soudainement entouré de personnes qui me posent des questions sur mon parcours artistique et sur mes dessins. En moins d’une demi-heure, l’ambiance bascule en une série de questions-réponses puis d’échanges de numéros de téléphones et d’adresses. Cela me fait grand plaisir, parce que je reçois des encouragements et des discussions s’ouvrent instantanément avec des personnes que je viens de rencontrer il y a à peine une demi-heure.

Avez-vous gardé le contact avec votre pays d’origine ?

Pas trop. Comme refugié, je ne peux pas rentrer dans mon pays et de ce fait je ne pourrai pas revoir ma famille avec laquelle j’ai beaucoup d’attaches. Mon seul contact est le téléphone. Il est tout à fait normal d’avoir parfois le sentiment de se sentir seul et loin de sa petite famille, mais ici aussi, je veux dire ici en Suisse, j’ai pu constituer une autre famille faite d’amis et de proches.

Nous sommes en tout sept frères et sœurs, j’appartiens donc à une famille nombreuse. Le grand chagrin de ma vie est le décès de ma jeune sœur des suites d’un cancer puis celui de ma mère. C’est difficile de perdre des membres de sa famille sans pouvoir faire son deuil, mais la vie ne doit pas s’arrêter là. Nous devons continuer à vivre normalement, la vie est faite de bonnes et de mauvaises choses et il faut savoir s’adapter. Etant loin de ma propre famille, je vis beaucoup avec des souvenirs que j’ai emportés avec moi dans mes bagages en arrivant en Suisse.

Etes-vous solidaire des requérants d’asiles ?

En fait, je me sens toujours requérant d’asile et proche des anciens comme des nouveaux arrivants dans le monde migratoire en général. Je partage leurs peines et leurs soucis, comme je comprends aussi leur timide retrait de la société. Aller à la rencontre de ces gens et leur tendre la main, c’est peut être qu’un geste qui sans doute leur ferait plaisir et qui les aiderait à sortir de leur coquille pour aller de l’avant.

Un goût, une saveur qui vous manque particulièrement ?  

Ce qui me manque c’est la saveur de ma famille laissée au pays.

Un dernier mot ?

Mon message est destiné particulièrement à tous les requérants d’asiles. Je leur dit ceci : il ne faut jamais perdre espoir et baisser les bras, la vie est un éternel combat. Il faut apprendre coûte que coûte la langue française et connaître la culture suisse si on veut vraiment réussir à s’intégrer.

Je remercie Voix d’Exils, ses responsables, tous les rédacteurs et toutes les rédactrices qui nous font le bonheur de nous informer à travers leurs articles.

Propos recueillis par :

Arslan Zoheir Bouchemal

Membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils

 

Exposition : Heidi ou l’autre côté du miroir

 Maison de Quartier de la Pontaise, Lausanne – jusqu’au 12 juillet 2019.

Expo: Heidi ou l’autre côté du miroir de Nashwan Bamarné. Photo: Eddietaz / Voix d’Exils

Nashwan Bamarné expose actuellement une sélection de caricatures et de dessins de presse à la Maison de Quartier de la Pontaise à Lausanne. Le thème est : son expérience de la Suisse après y avoir obtenu l’asile, comparativement à celle qu’il s’imaginait après avoir lu, à l’âge de six ans, l’histoire de Heidi, cette petite fille des Alpes suisses messagère d’amour et de paix.

Heidi ou l’autre côté du miroir, une exposition à voir à la Maison de Quartier de la Pontaise à Lausanne jusqu’au 12 juillet 2019.

Rue de la Pontaise 33, 1018 Lausanne

Horaires des permanences – informations:

– mardi de 10h à 12h30 et de 16h à 19h

– mercredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h

– jeudi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 19h

– vendredi de 10h à 12h30 et de 13h30 à 19h

Audry-Clovis Miganda

Membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exil

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




L’Amar

« Partager ses expériences, se battre pour l’égalité et informer les réfugiés sur le fonctionnement de la vie en Suisse »

L’Amar, sis à Neuchâtel, est un Lieu Autogéré Multiculturel d’Accueil et de Rencontres. Ce projet entend réagir à des situations de précarité sociale et culturelle en proposant aux personnes migrantes et aux Neuchâtelois de nouvelles opportunités. Interview de Cathrina Cascio, membre fondateur de l’association L’Amar

Voix d’Exils: Qui sont les fondateurs ?

Cathrina Cascio: L’Amar a été fondé par un groupe d’une cinquantaine de personnes toutes issues du domaine de la migration ou du bénévolat. Certains travaillaient ou étaient déjà bénévoles dans le secteur de la migration.

Pourquoi avez-vous fondé l’association ?

Les raisons pour lesquelles nous avons fondé L’Amar, ce n’est pas pour faire de la charité mais pour aider les réfugiés à rencontrer des gens et à passer du bon temps. Créer un lieu de rencontres et de partages entre les réfugiés et les Neuchâtelois afin de casser les idées reçues et les préjugés envers les réfugiés.

Depuis quand existez-vous ?

Nous existons depuis 2 ans et demi.

Réunion des bénévoles 2018. Auteur: rédaction neuchâteloise de Voix d’Exils

Combien de bénévoles participent ?

Environ 25.

 

Quels programmes offrez-vous ?

Il y a beaucoup d’activités permanentes comme le « free shop » (boutique de seconde main), des cours de français, des cours d’arabe, différents sports (football, gymnastique, basket, course et marche) et des ateliers artistiques (peinture, musique, théâtre et cinéma).

 

Dans quelles mesures ces programmes aident-ils les réfugiés ?

Les personnes travaillant à l’Amar ont la liberté de partager leurs expériences, de se battre pour l’égalité et d’informer les réfugiés sur le fonctionnement de la vie en Suisse.

 

Qui finance vos programmes ?

Nous sommes indépendants mais la ville de Neuchâtel nous a aidé financièrement pour démarrer et pour trouver un endroit où nous installer. La population aussi nous aide en faisant divers dons. Nous nous chargeons de payer les frais d’électricité et d’eau.

Atelier cuisine 2018. Auteur: rédaction neuchâteloise de Voix d’Exils

 

Comment faites-vous pour vous faire connaître ?

Le bouche à oreille, le site Internet et Facebook.

 

Est-ce que l’association existe seulement à Neuchâtel et est-ce que la population neuchâteloise connaît L’Amar ?

Oui, L’association organise de temps en temps des manifestations ouvertes à tous.

 

Est-ce que vous organisez des activités régulières comme des fêtes ?

Oui, nous avons une soirée « cinéma », une soirée « repas communautaire » tous les mercredis soirs, une soirée « débat » où on discute de politique par exemple, et des visites organisées pour découvrir de nouveaux lieux en ville ou dans la nature.

Atelier artistique 2018. Auteur: rédaction neuchâteloise de Voix d’Exils

Quels sont vos projets pour le futur ?

Nous voulons offrir plus d’activités. Si nous trouvons un endroit, nous pourrons proposer des ateliers de travaux manuels, de réparation ou de rénovation par exemple.

 

Comment décririez-vous votre expérience à L’Amar ?

L’Amar m’apporte beaucoup. Elle m’apprend toujours de nouvelles choses, elle m’aide à trouver de nouveaux amis et faire de nouvelles expériences.

Propos recueillis par:

Seada AYELE

Membre de la rédaction neuchâteloise de Voix d’Exils

Infos:

Site Internet: lamarneuch.ch

contact: lamarneuch@riseup.net




Etre jugé d’avance

Auteur: Askal Hailu

Le problème des clichés sociaux

Voici deux boucles d’oreilles : l’une est neuve et l’autre est cassée. A cause du bijou cassé, la paire sera éliminée. Que peut-on reprocher à la boucle d’oreille intacte ? Rien, hormis le fait d’être la « partenaire » de la boucle cassée.

Nous vivons tous quelque chose de similaire. Peu importe ce que nous souhaitons, nous ne sommes pas considérés comme des personnes singulières et uniques. Le jugement social fait des généralités et des catégories. On parle, par exemple, des Éthiopiens, des réfugiés, des Noirs, des Blancs, des femmes, des hommes, des Arabes, des Suisses.

Que nous sachions pourquoi ou non, que nous agissions ou pas, nous sommes jugés pour ce qu’ont fait d’autres. Parce que nous venons de la même région, les gens présument que nous « sommes les mêmes » et agissons de la même façon.

Si un des nôtres refuse de s’intégrer, même si nous n’approuvons pas son comportement, nous sommes blâmés et nous perdons la confiance du public.

À la suite de l’échec de quelques réfugiés, tous les réfugiés à venir ne devraient pas être sous-estimés ni insultés.

Chaque personne est un ambassadeur de son pays quand il vit dans un pays d’accueil.

Tout ce qu’il fait peut être nuisible ou bénéfique pour son peuple et contribuera à son image au sein de la population.

Il est de notre devoir de créer une bonne image de nous et de détruire les mauvais jugements basés sur des raccourcis. Nous devons ainsi nous employer à faire le bien, en respectant la loi, et en travaillant dur.

Dans tous les pays il y a des bons et des mauvais. Aucun peuple n’est parfait! Tous devraient s’en tenir aux mêmes valeurs : respect, confiance, politesse, entraide et empathie.

Askal Hailu

Membre de la rédaction valaisanne de Voix d’Exils

 




A mes héros

Photo: Eddietaz / Voix d’Exils

De la part d’un petit Suisse à qui les requérants donnent de belles leçons…

Mes chères Voix d’Exils,

N’y voyez par cette appellation aucune intention de ma part de vous réduire à un programme de l’EVAM. Au contraire, il s’agit de vous élever au rang de la représentation que je me fais de vous. Vous êtes les voix dont le monde a besoin : vous rédigez, filmez, parlez : vous créez des œuvres au nom de toutes les personnes sur les chemins de l’exil. Jour après jour, je vous côtoie et vous découvre. Sous un nouvel angle grâce à vous, je goûte à l’humour, parfois l’allégresse, tantôt la joie et parfois la tristesse. Mais avant tout, ce sont des personnes que je découvre, des héros malheureusement inconnus.

C’est la raison pour laquelle j’estime qu’il est temps à mon tour de m’ouvrir à vous, après maintenant plusieurs mois passés à vos côtés. Cette lettre est pour vous, faites-en l’usage que vous souhaitez. Ce sont mes remerciements, une humble contribution au travail que l’on abat ensemble.

Ma venue à l’EVAM se traduit par des ruptures. Une rupture avec un monde de représentations préfabriquées, une rupture avec une certaine perception des requérants d’asile, une rupture avec une interprétation prématurée de ce que vous vivez. Mes chères Voix, vous avez brisé les plus ridicules stéréotypes derrière lesquels la Suisse se cache ; par votre force et votre détermination, vous détruisez l’image de l’être profiteur et la remplacez par celle du travailleur. Vous m’avez convaincu de l’immense apport dont bénéficie cette société par votre présence ; vos contributions sur le site internet reçoivent moins du dixième de l’attention qu’elles méritent, et vous produisez, par pudeur ou humilité, moins de la moitié de ce que vous êtes capables d’exprimer. Finalement, vous m’avez ouvert les yeux et permis de relativiser. Votre situation parfois précaire, les difficultés que vous devez surmonter et les ressources que vous déployez rendent mes problèmes insignifiants, mes efforts dérisoires.

Ma venue à l’EVAM se traduit par des rencontres. J’ai rencontré des hommes et des femmes. J’ai rencontré des jeunes fougueux, de vieux sages, des personnes dans la force de l’âge. J’ai rencontré des personnes qui sont venues seules, d’autres entourées de proches. J’ai rencontré des journalistes, des enseignants, des scientifiques, des cadres, des artistes et j’en passe. J’ai rencontré des papiers qui vous sont remis et appelés permis ; ils prennent parfois une couleur blanche et plus rien n’est acquis. J’ai rencontré des amis, des connaissances et des inconnus. Mais derrière toutes ces étiquettes, j’ai avant tout rencontré des personnes, des êtres humains, et parmi les plus beaux et les plus forts qu’il m’a été donné de croiser. Les étiquettes doivent être arrachées et les masques tomber : vous êtes mes héros au quotidien.

Ma venue à l’EVAM se traduit par des émotions. Il existe sept émotions universelles et je pense être passé par toutes avec vous. La surprise m’a gagné lorsque vous m’avez fait part de bribes concernant votre passé. Jamais je ne m’attendais à rencontrer des gens aussi brillants que vous, jamais je n’imaginais les épreuves que vous avez traversées. J’ai connu le dégoût pour le traitement qu’il vous arrive de subir, et le mépris envers ceux qui vous l’infligent. Celui-ci s’est parfois transformé en colère lorsque j’étais dans un mauvais jour ou ressentais de profondes injustices. Puis d’autres fois, la tristesse prenait le dessus, je me sentais abattu et aussi utile que la plante verte sur la fenêtre : je donnais peut-être un petit sourire ou un peu d’oxygène, mais je restais décoratif. Cinq des émotions sont définitivement considérées comme négatives. La surprise peut aller dans les deux sens, selon l’interprétation qu’on en fait. La dernière est la seule définitivement positive et c’est celle que je partage le plus souvent avec vous mes chères Voix : la joie. Malgré vos difficultés, votre statut, vos circonstances de vie, vous trouvez toujours en vous la force de rire, l’envie de communiquer vos espoirs, et le désir de partager votre joie. Je le répète, vous êtes mes héros.

Ce texte se terminera par cet appel : mes chères Voix, mes héros, montrez-vous. Produisez, publiez et faites-vous entendre. Partagez vos expériences, aiguisez votre esprit critique, détruisez les représentations erronées des Suisses et faites taire les préjugés.

Merci pour tout.

K.