Articles en Français | English | Arabic

apprentissage

 
 
image_pdfimage_print

L’intégration par le kick-boxing ? Possible !

Une graine de champion Lors de cette soirée de compétition à Lausanne, il est un parfait inconnu. Il a 18 ans et est engagé au combat avec un adversaire de catégorie supérieure : tout paraît jouer contre lui. Pourtant, défiant tous les pronostics, il gagne, et avec la manière. Voix d’Exils vous amène à la découverte de ce champion-né. Parcours du kid d’Afghanistan À 17 ans, c’est comme mineur non accompagné (MNA) que Rameez Rahimi est accueilli au foyer de Chamoson dans le Valais. Il s’inscrit dans la foulée à unLire la suite


«Nous faisons de notre mieux pour donner une chance à chacun»

Les cours de français à L’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM) Les requérants d’asile qui souhaitent suivre des cours de français à l’EVAM doivent parfois prendre leur mal en patience. L’attente avant d’être enclassé peut durer jusqu’à une année et suscite de la grogne, de l’incompréhension, voire un sentiment d’injustice chez ceux qui restent en rade sans bien comprendre pourquoi. Jean-Bernard Modoux, chef des cours de préformation et d’Acquisition des Qualifications de Base (AQB) du Centre de formation explique le fonctionnement et les limites du système. 


C’est grâce à sa rage de réussir que Maître John a ouvert son atelier de confection

Couturier Congolais exilé en Suisse depuis huit ans, Jean Ndabi – Maître John – pour les intimes, a réalisé son rêve d’enfance: ouvrir sa maison de couture. Toujours souriant et de bonne humeur, Jean Ndabi affectionne la coupe et la couture depuis sa tendre enfance. Ce Congolais de 34 ans, père d’une fillette d’un mois, a contracté la poliomyélite à l’âge de 7 ans. Mais cela n’a nullement ébranlé sa détermination à devenir couturier.


« Notre rôle est de mettre l’être humain et ses compétences au centre de la discussion »

Le groupe emploi est une structure de l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM), composée de plusieurs conseillers en emploi, qui dispensent des cours de formation et qui soutiennent les requérants d’asile dans leur réinsertion professionnelle en Suisse. La population des requérants d’asile est très hétérogène et comprend à la fois des personnes qualifiées et non qualifiées, des personnes scolarisées et non scolarisées, des hommes, des femmes, des jeunes et des vieux, ce qui pose de nombreux défis. Voix d’Exils est allé à la rencontre de Francine Kalume – cheffe deLire la suite


Perspectives post-formation au Botza: entre espoirs et désillusions des requérants d’asile

Animés par l’envie se prendre en charge, de nombreux requérants d’asile se forment au centre valaisan de formation le Botza. Mais, au final, ils se heurtent à des difficultés d’accès au marché du travail entraînant souvent chez eux incompréhension et déceptions ; ce que tente de dissiper, sans relâche, le personnel des foyers d’accueil.


WordPress Video Lightbox Plugin