Mille kilomètres pour les droits et la dignité des migrants

Photo: la rédaction valaisanne de Voix d’Exils.

Une étape en compagnie des marcheuses et des marcheurs de la « Bainvegni fugitivs marsch »

La « Bainvegni fugitivs marsch »  (La Marche pour les droits et la dignité humaine) est une marche citoyenne de mille kilomètres qui a traversé la Suisse du 14 octobre au 10 décembre 2017. Sa revendication : « pour les droits et la dignité de tous les êtres humains et pour une politique migratoire plus humaine ».

Partie de Bellinzone, ce mouvement citoyen dénonçant « une politique d’asile toujours plus restrictive » et se posant comme solidaire « avec celles et ceux qui arrivent dans notre pays à la recherche d’une terre d’asile » est passé par le canton du Valais. L’occasion pour Voix d’Exils de rencontrer les marcheurs et de parcourir un bout de chemin avec eux entre Sierre et Loèche à travers le bois de Finges.

Lisa Bosia Mirra : une militante courageuse et déterminée

L’initiative de ce projet revient à Madame Lisa Bosia Mirra. Députée socialiste au Grand Conseil tessinois, fondatrice de l’association FIRDAUS (paradis en arabe), une ONG venant en aide aux migrants, Lisa a aussi travaillé 15 ans durant comme assistante sociale auprès des réfugiés. Ce parcours cohérent a fait naître et a nourri en elle une sensibilité aiguë face « aux injustices dans le droit d’asile et l’application des conventions internationales ».

 « Les migrants ont de la peine à s’engager pour leurs droits »

C’est en participant à une marche similaire à Berlin qu’elle a cueilli la graine qui a fini par germer à Bellinzone. Interrogée sur le pourquoi de cette marche en terre helvétique, Lisa répond : « Nous marchons pour atteindre deux buts : partager l’effort que les gens doivent endurer pour arriver en Suisse et mettre en réseaux les petites associations qui travaillent dans les villages ». Il est vrai que la distance a usé les souliers, mais les cœurs sont restés vaillants car, reconnaît Lisa « sur notre passage l’accueil est chaleureux et l’engagement des jeunes, des femmes à la retraite, des bénévoles et des petites associations est palpable. L’effort que ces gens font réchauffe le cœur ».

Même si, sur leur itinéraire, plus de trente nationalités de requérants d’asile ont pu cheminer avec le groupe de citoyennes et citoyens, beaucoup reste à faire car, note Lisa : « les migrants ont de la peine à s’engager pour leurs droits ». Elle s’adresse ensuite à la rédaction de Voix d’Exils : « c’est bien que nous marchions, mais ce serait mieux que ce soit vous qui le fassiez ». En passant les nuits dans des bunkers, des salles de sport, des églises et des maisons privées, les marcheurs ont essayé de se mettre à la place des migrants, bien qu’il eût été préférable de partager la nuits avec les migrants. Ce qui laisse Lisa sur sa faim concernant l’investissement des requérants d’asile : pour elle, « dormir dans un bunker ce n’est pas un problème, mais si tu y dors avec quelqu’un qui y a séjourné toute une année, tu le ressens autrement ».

Photo: la rédaction valaisanne de Voix d’Exils

« Quand on fuit, on ne choisit pas le temps qu’il fait »

Dans la matinée du dimanche 3 décembre 2017, une soixantaine de personnes – dont des associations soutenant la marche ainsi que des citoyennes et citoyens acquis à la cause des migrants et des requérants d’asile – ont rejoint le noyau des marcheurs sur un chemin allant de Sierre à Loèche via la forêt. A l’habitude de voir la forêt, le désert et la mer se transformer en cimetières pour les migrants, ce jour la nature a été l’antidote à ces lieux cauchemardesques, puisque les hominidés, les canidés et les camélidés se sont donnés rendez-vous pour marcher dans l’une des grandes pinèdes d’Europe, en faveur des droits des migrants. Les amateurs de sports du dimanche et de parcours vita étaient émerveillés devant cette caravane en quête de respect et de dignité humaine.

Malgré un temps maussade, la forêt, par son calme apaisant, a pu offrir un cadre de sérénité, permettant d’échanger de manière rapprochée sur cette aventure à portée hautement humaine. A la question de savoir pourquoi le choix s’est orienté sur cet intervalle de temps où les pas de l’automne frissonnent avec ceux de l’hiver, Louisella Manzambi, marcheuse, dit que cette interrogation revient maintes fois et la réponse de Lisa est toujours la même : « quand on fuit, on ne choisit pas le temps qu’il fait ».

Une escale réparatrice

Après trois heures de marche et 850 kilomètres au compteur pour ceux qui ont pris le départ à Bellinzone, la caravane s’est arrêtée à la cantine du terrain de foot de Susten/Leuk pour un pique-nique et une soupe à la courge. Tayifuni et Alisha, les deux chamelles, ont alors regagné leur enclos à Susten. Une fois sustentés, une grande partie des participants ont pris congé des marcheurs, laissant ces derniers poursuivre les étapes suivantes. Le bilan du passage de la marche en Valais est positif grâce à Amnesty International Valais-Central, au groupe Eglises-Migrants et à la mobilisation de nombreuses autres associations. Quant à la fructification de cette graine semée tout au long des mille kilomètres parcourus, l’espoir serait peut-être dans cette phrase de Lisa : « s’il y a 20 personnes qui marchent, cela ne fait pas grand bruit. Il faudrait que 200 requérants d’asile marchent, alors là ça ferait du bruit ».

La rédaction valaisanne de Voix d’Exils

 

 




Mon plan de vol

 

Photo: Eddietaz, membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils.

Témoignage

Anush, rédactrice à la rédaction vaudoise de Voix d’Exils, était supposée réaliser l’émission de Voix d’Exils sur Radio Django du 23 janvier dernier. Elle a reçu un plan de vol le 5 janvier la sommant de quitter le territoire suisse le 15 du mois. Mais son plan de vol a finalement été annulé. La rédaction a alors décidé de produire un sujet sur l’expérience émotionnelle et psychologique que traversent  les requérants d’asile lorsqu’ils reçoivent un plan de vol. Une émission que vous pouvez écouter en cliquant ici

Qu’est-ce qu’un plan de vol ?

Après avoir étudié la demande d’asile, le Secrétariat d’Etat aux migration (le SEM) peut juger que le ou la requérante d’asile ne subit pas dans son pays d’origine de persécutions déterminantes en matière d’asile et/ou qu’aucun autre motif ne s’oppose à l’exécution du renvoi dans le pays d’origine. Le requérant d’asile peut faire recours auprès du Tribunal administratif fédéral. Si le recours n’aboutit pas, le SEM ordonne aux autorités cantonales l’exécution du renvoi. Le canton peut alors établir un plan de vol.

La rédaction vaudoise de Voix d’Exils

 

Photo: Eddietaz, membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils

 

Photo: Eddietaz, membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils

Infos:

Une bonne résolution pour 2018: abonnez-vous gratuitement à Voix d’Exils en cliquant ici!




Une révolte méconnue

CC0 Creative Commons

Un jour, j’ai dû fuir le Baloutchistan

Une terre natale au bout du monde, que l’on abandonne le cœur déchiré car il le faut… Un rédacteur de Voix d’Exils, originaire du Baloutchistan, revient sur les raisons de son exil.

Le Baloutchistan est l’une des quatre provinces du Pakistan. Située dans le Sud-Ouest, c’est la plus étendue du pays, avec une superficie de 347 190 kilomètres carrés, soit 44 % du territoire ; c’est également la moins peuplée ; elle est bordée au Nord par l’Afghanistan et au Nord-Ouest par l’Iran.

Riche et misérable à la fois

Le Baloutchistan est riche en ressources naturelles : on y trouve du gaz, du cuivre et de l’or ; par contre, c’est la province la moins connectée à Internet. Toutes les ressources sont détournées vers d’autres régions du Pakistan, en particulier le Pendjab. Alors que 46 pour cent du gaz du Pakistan provient du district de Dera Bugti, la population du Baloutchistan se chauffe et cuisine encore au bois, y compris dans le Dera Bugti.

Chaque fois que les Baloutches ont demandé un plus grand partage et revendiqué la propriété de leurs ressources, les autorités pakistanaises ont répondu en faisant appel à l’armée. Plusieurs opérations militaires se sont succédées au Baloutchistan. La cinquième, la plus intense et la plus meurtrière, a commencé en 2005.

L’escalade de la violence

La tension s’est élevée au cours de la nuit du 2 janvier 2005, lorsqu’une femme médecin, Shazia Khalid, fut agressée par un officier de l’armée à Sui, Dera Bugti, sur le site de l’usine de gaz naturel propriété du gouvernement ; elle rapporte avoir été étranglée, menacée, battue et violée à plusieurs reprises. Sévèrement blessée, elle réussit à se libérer et à appeler au secours une infirmière qui se trouvait dans l’hôpital voisin.

Cette affaire a déclenché la colère de la tribu Bugti et a enflammé le Baloutchistan, désorganisant la distribution du gaz dans une large partie du pays, particulièrement au Pendjab, et ceci durant plusieurs semaines. Plus de 10’000 soldats furent mobilisés pour réprimer la rébellion.

Lorsque le Président du Pakistan, Pervez Musharraf, chef de l’armée, déclara à la télévision nationale que l’officier de l’armée accusé n’était pas coupable, la colère a encore augmenté au sein de la population Bugti. Le chef de la tribu, Nawab Akbar Khan Bugti, a dit qu’il considérait l’agression  de Madame Shazia Khalid comme une atteinte directe à l’honneur de sa nation. Nawab Akbar Khan Bugti est le président du plus grand parti politique baloutche, le Jamhoori watan (JWP); il a été élu et a servi en tant que ministre d’État de l’Intérieur, gouverneur et premier ministre du Baloutchistan.

Le 17 mars 2005, l’armée pakistanaise attaqua directement la maison de Nawab Akbar Khan Bugti, faisant 71 morts, dont beaucoup de femmes et d’enfants de la communauté hindoue, lorsqu’une roquette s’écrasa sur le temple dans lequel ils s’étaient réfugiés; plus de cent personnes furent blessées.

La ville de Dera Bugti se transforma en un champ de bataille. Nawab Akbar Khan Bugti fut forcé de quitter sa maison pour gagner les montagnes, à l’âge de 79 ans. Il fut tué plus tard, le 26 août, au cours d’une opération de l’armée ordonnée par le Président Musharraf.

Les villages baloutches bombardés

La colère et l’insécurité s’intensifièrent encore parmi la population baloutche, qui commença à réclamer son indépendance. L’Etat pakistanais lança des opérations militaires pour écraser la révolte, bombardant les villages baloutches au moyen d’avions et d’hélicoptères, faisant des milliers de victimes et blessant des centaines de milliers d’autres personnes.

Des centaines de milliers de personnes cherchèrent un abri dans les provinces voisines, comme le Pendjab et le Sind, ou s’enfuirent jusqu’en Afghanistan. Après 2009, l’inter-services-intelligence Pakistanais (ISI) entreprit des actions connues sous l’appellation de « kill and dump » littéralement « tuer et jeter ».

Des personnes, principalement des activistes politiques, furent enlevées et torturés. Leurs cadavres en décomposition furent jetés sur le bord des routes, pour que la population abandonne l’idée d’indépendance.

Le chemin de l’exil

Des milliers d’activistes politiques baloutches sont toujours détenus dans les prisons pakistanaises où ils sont torturés, laissés sans procès depuis des années. A force de vivre dans l’insécurité et la peur, de plus en plus de Baloutches se sont sentis obligés de quitter leur pays ; ils se sont mis à prendre le chemin de l’Afghanistan ou de l’Europe. Je suis l’un d’eux.

Bugti Jamal Khan

Membre de la rédaction valaisanne de Voix d’Exils    




Micro ouvert II

Auteur : Babak

Vaud – Le spectacle Micro ouvert II a fait le bonheur des mineurs non accompagnés du foyer EVAM du Chablais

Micro ouvert II a été représenté au Foyer MNA du Chablais le 19 décembre dernier et a donné l’occasion aux mineurs non accompagnés de montrer leurs talents artistiques

Le spectacle Micro ouvert II fait suite au projet Micro ouvert de Voix d’Exils qui a été représenté au siège administratif de l’EVAM en mars 2017. Le projet Micro ouvert a pour objectif initial de réaliser une expérience artistique qui vise à offrir aux requérants d’asile un moment de joie. Fruit au départ d’une collaboration entre Niangu Nginamau, ancien rédacteur de Voix d’Exils et actuel auxiliaire éducatif au Foyer MNA du Chablais et Nicolas Kalbfüss, ancien civiliste à l’EVAM, Niangu a choisi de remettre l’ouvrage sur le métier en lançant Micro ouvert II.

Auteur : Babak

Inclure les jeunes du foyer dans le spectacle

Le projet consistait à proposer aux mineurs non accompagnés du Foyer MNA du Chablais de participer à monter un mini spectacle présenté à l’occasion d’une fête de fin d’année. Micro Ouvert II a repris deux éléments du spectacle présenté en mars 2017: la chanson de Corneille « Parce qu’on vient de loin » et le sketch « Bunker Palace ». S’est ajouté plusieurs chansons écrites ou interprétées par les jeunes du foyer ainsi qu’un concert de gospel.

La chanson de Corneille a été interprétée par des membres du groupe les Elus puis chantée en cœur par le public en mode karaoké. Elle était accompagnée par Niangu à la guitare et Sophie Albasini, stagiaire HES à l’EVAM, au piano.

Le sketch Bunker Palace a été superbement performé par Niangu Nginamau et Lamine, rédacteur à Voix d’Exils.

S’en est suivi quatre performances magnifiquement interprétées par les jeunes du foyer dans leurs langues. Du rap Afghan signé Rahmat, Mohammad et Eshagh, des chansons Erythréennes présentées par Tedros et des chansons somaliennes assurées par Faduma.

Le spectacle s’est clos en beauté par le gospel du groupe lausannois « Les Elus ».

Auteur : Babak

Réactions à chaud

« J’ai trouvé que c’était vraiment très agréable, très sympa, plein de partage. J’ai apprécié. Tout le monde était ensemble, les filles et les garçons, les différentes communautés. On a dansé, on a rigolé tous ensemble. Ça apporte vraiment de la cohésion au foyer »

Audrey, éducatrice au Foyer MNA du Chablais

« C’était vraiment cool ! Je trouve que c’était parfait ! C’était la première fois de ma vie que j’ai chanté devant un public. Tout au début j’ai détesté ce foyer, mais maintenant ça va mieux parce que je me suis adapté ».

Muhammad, habitant au Foyer MNA du Chablais

Un grand bravo et un grand merci aux jeunes habitants du Foyer MNA du Chablais, aux éducateurs et éducatrices du foyer et à Niangu Nginamau, coordinateur du spectacle pour ce moment de joie.

Lamine

Membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils

Commentaire

Il faut voir le sketch Bunker Palace !

Pourquoi il faut voir le sketch Bunker Palace interpréré par Niangu Nginamau et Lamine ? Parce que je suis persuadée que ces deux gars, ce sont deux agents secrets sous couverture. L’un, Niangu, travaille sous couverture « auxiliaire éducatif au Foyer MNA du Chablais » et l’autre, Lamine, opère sous la couverture de « rédacteur à Voix d’Exils ».

Auteur : Babak

En réalité, ces deux représentent de la communauté secrète « Mourir de rire ». Je ne serais pas du tout surprise, si j’apprenais que chaque dernier dimanche de trimestre ces deux agents secrets (de fait deux acteurs brillants) passent en cachette, incognito, à Vevey, au musée, pour rendre hommage à Charlie Chaplin.

Mylène, membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils

Infos:

Une bonne résolution pour 2018: abonnez-vous gratuitement à Voix d’Exils en cliquant ici!

 




Nouvelle initiative de l’UDC

 

Auteure: Mylène, membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils

La Suisse dans son propre jus
L’Union démocratique du centre (l’UDC) a lancé le mardi 15 janvier sa nouvelle initiative populaire fédérale qui vise à mettre fin à l’accord de libre circulation entre la Suisse et l’Union européenne. Soutenue par l’Action pour une Suisse indépendante et neutre (l’ASIN), les initiants ont jusqu’au 16 juillet 2019 pour récolter les 100’000 signatures nécessaires pour valider leur projet.

La rédaction vaudoise de Voix d’Exils

Infos:

Une bonne résolution pour 2018: abonnez-vous gratuitement à Voix d’Exils en cliquant ici!