Le journal de #MadameÉtrangère

 

Auteure: #MadameÉtrangère

#MadameÉtrangère: les derniers épisodes

Découvrez chaque semaine, sur le profil Facebook de Voix d’Exils, les pensées farfelues, parfois brutes mais toujours sincères de Madame Étrangère, une requérante d’asile vivant dans le canton de Vaud.

Mardi 6 juin 2017

****Crève, toi et ton débile journal !****

Cette semaine commence aujourd’hui, mardi. (Hier, c’était la fête.) Pendant ce long week-end de Pentecôte, tout ce qui était comestible a été mangé, du coup il faudra faire les commissions. Je me dirige vers le réseau commercial le plus populaire parmi les migrants, chez ALDI. Oups ! Qu’est-ce que j’ai dit là !? C’est possible que la formulation « le plus populaire parmi les migrants » puisse jeter une ombre sur la réputation d’une entreprise ?

Voyons voir… Si je dis « La vie choisit Tesla », je crois que « Tesla Motors » sera contente. Mais si je dis « Les migrants choisissent Tesla » ? C’est encore de la pub ou c’est déjà de l’antipub pour cette entreprise? Peut-être, par mégarde, j’ai piqué au vif Monsieur le Président directeur général de « Tesla Motors »  et maintenant il se sent offensé et pense «Crève, toi et ton débile journal !»

 

Auteure: #MadameÉtrangère

Jeudi 17 août 2017

****C’est le calme plat****

Je suis là, mais mon esprit est ailleurs. Il est très loin de moi, il voyage. Il n’y a ni affliction, ni jubilation, ni trahison, ni fidélité, ni chagrin, ni joie. Silence, indifférence, vide. C’est le calme plat. C’est un pressentiment de l’automne.

Auteure: #MadameÉtrangère

 

Mercredi 7 juin 2017

****C’est elle ! ****

Le silence.

Les fenêtres sont fermées. Le vent force les arbres à bouger, mais en silence, les fenêtres sont bien fermées. Nuages.

La porte est entrebâillée. Il n’y a personne dans le couloir.

Le silence.

Ça fait longtemps que le café a refroidi.

Les aiguilles de l’horloge ont avancé et se sont figées à 17h30.

Mon ami étranger m’a regardée. Pas un mot. Lui sait, moi je sais. Il ne nous reste qu’à attendre.

Le silence……………………

Brusquement le téléphone sonne et le silence est déchiré, écrasé, abattu, humilié et jeté à la poubelle.

Mon ami murmure « C’est elle… »

Je prends son appareil et je réponds « Allô… »

Oui, c’était elle. Mon ami ne s’était pas trompé. C’était son assistante sociale qui appelait pour lui expliquer… j’ai déjà oublié quoi, mais ce n’était pas très important… Moi, j’ai joué les intermédiaires dans cette conversation.

Le téléphone, c’est une malédiction pour les nouveaux arrivants. Comprendre quoi que ce soit sans voir les yeux et les gestes de l’interlocuteur alors que ta compréhension orale cloche, c’est un obstacle insurmontable ! Plus facile de prendre du temps dans les transports publics, de traverser toute la ville, d’attendre le rendez-vous et enfin d’avoir une conversation en tête-à-tête, que de parler au téléphone avec l’assistant social, ou d’ailleurs avec le médecin, avec l’avocat, avec le réceptionniste, avec qui que ce soit.

Bref. Mon ami avec ses 8 mois d’étude de français a laconiquement résumé sa relation téléphonique avec son assistante sociale : «Que son téléphone brûle !!! »

Auteure: #MadameÉtrangère

 

Vendredi 9 juin 2017

****Je dois signaler aux féministes…****

Ma copine S a trouvé un job. Je suis jalouse.

Si j’avais l’autorisation de travailler, j’aurais pu aussi travailler. Même comme taupière. J’aurais chassé des taupes et aurais collecté leurs queues. J’ai entendu dire qu’après il fallait les apporter à une poste où elles étaient payées. Je les aurais livrées à l’office de poste à la place Saint-François, au centre ville de Lausanne. Là-bas j’aurais pris un ticket, j’aurais attendu mon tour et ensuite au guichet j’aurais déposé deux sachets : l’un avec les queues de mâles et l’autre avec les queues de femelles. Un homme qui était taupier à l’époque m’a dit qu’autrefois les queues de mâles étaient beaucoup mieux payées que les queues de femelles. Ça me fait réfléchir… Si cette situation ambigüe persiste encore aujourd’hui, je dois la signaler aux féministes : la discrimination fondée sur le sexe règne honteusement dans le marché des queues de taupes et pas seulement…

Auteure: #MadameÉtrangère

 

 




La guerre s’éternise en Afghanistan

« Il n’y a pas de paix dans la fuite ! » Auteur: Rahmat GUL

Jeudi 31 août, le secrétaire à la Défense américain Jim Mattis annonce l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan. Aux 11’000 militaires déjà présents s’ajouteraient 3900 soldats afin de « permettre aux forces afghanes de combattre plus efficacement ». Mais combattre quoi précisément ?

L’Afghanistan est un pays d’une grande importance stratégique, entouré par les pays d’Asie centrale, de l’Iran, du Pakistan et de la Chine. Il a été ravagé par la guerre durant près de quatre décennies. C’est une zone de convergence d’intérêt des superpuissances mondiales qui y interviennent pour leurs objectifs stratégiques. Les Russes l’ont d’abord envahi au début des années 1970, ce qui a causé 1,5 million de morts et 1,3 million de blessés et les Américains leur ont succédé avec leurs alliés et y ont « lutté » contre le terrorisme pendant les treize dernières années sans résultats tangibles.

Des espions étrangers érigés en gouvernants

Le seul moyen d’envahir un pays, c’est de corrompre les principales composantes de sa société: les communautés politiques, religieuses, sociales et économiques. L’Afghanistan est gangrené par les mêmes maux depuis plus de 40 ans. Les Russes ont établi et soutenu différents partis politiques et les ont ensuite utilisés pour gouverner le pays conformément à leurs intérêts. Pour les chasser, les Américains ont dû créer une armée de guerriers connue sous le nom de « guerriers gorilles », aussi appelés les Moujahidines. Les dirigeants religieux et les prédicateurs islamiques ont été repérés et choisis comme chefs des sept groupes armés qui se sont combattus. Ils ont été soutenus en permanence, directement ou indirectement, par les Américains et leurs alliés de l’OTAN dans le but de se faire une guerre dont l’objectif final leur est inconnu.

Une éducation qui se cherche

Sous la présidence de Sardar Mohammad Daud Khan, l’Afghanistan était très connu pour son rapide taux de croissance économique et son haut niveau d’éducation. Comme le système éducatif était capable d’absorber plus d’étudiants que les besoins de la population locale, les gens des pays voisins venaient à l’université de Kaboul pour suivre une  formation supérieure. Mais, malheureusement, avec les interventions des forces étrangères, le système s’est affaibli. À l’arrivée des Moujahidines, les écoles mixtes n’étaient plus autorisées. Les filles et les femmes allaient à l’école couvertes d’une burka. Avec le régime des Talibans, c’est devenu pire, la scolarisation des filles et des femmes a été totalement interdite. Depuis que Karzai a accédé au pouvoir, le système scolaire s’est beaucoup amélioré et maintenant 38% de la population a accès à l’enseignement secondaire et supérieur.

Absence d’état de droit et taux élevé de corruption

Dans un pays où coexistent 45 alliances étrangères soutenant le développement d’un pays en conflit, l’afflux de milliards de dollars pour une nation désespérée était indigeste. Ce qui rendait la plupart des membres du gouvernement, des députés, des dirigeants politiques, des juges, des responsables de la police peu motivés par la mise en œuvre et le soutien de l’Etat de droit. Tout en approuvant l’afflux en masse et en vrac de dollars, ils ont promu la culture de la corruption jusqu’à faire oublier aux Afghans la monnaie locale (l’Afghani). Par conséquence, les personnes qui ont eu accès à cette manne sont très vite devenues riches. Alors que les couches moyennes et pauvres n’ont eu d’autres choix que de participer, en spectatrices, au meurtre de leurs droits. Ils voient les gratte-ciels de luxe des chasseurs de dollars pousser comme des champignons.

Le travail des mineurs devient la normalité

Vu que la guerre continue dans le pays, les infrastructures, les systèmes éducatifs, judiciaires et de défense ont été complètement détruits. Beaucoup de chefs de famille ont été tués ou handicapés à vie, ce qui a eu pour conséquence l’explosion du travail des enfants. La misère et les ravages de la guerre qui ont fait une trentaine de millions de victimes expliquent le travail des enfants est accepté et même très demandé parce qu’il coûte moins cher. Les enfants sont actifs dans le lavage de voitures, la boulangerie, la boucherie, la couture, la construction, les travaux mécaniques etc…

De bas salaires et un taux de chômage élevé

Aujourd’hui en Afghanistan, toute la population n’a pas accès aux emplois publics parce que les postes disponibles sont vendus ou attribués par les clans plutôt que par compétence et niveau d’éducation. Le salaire minimum se situe autour de 3’000 Afghani (50$) à 10’000 Afghani (166$) alors que le coût de la vie est élevé. Ce qui pousse certains employés du gouvernement à entrer dans le système de corruption. Dans ce contexte, les jeunes diplômés ne trouvent pas l’occasion de gagner leur vie et fuient le pays ou se suicident. La population analphabète se joint aux Talibans ou Daesh parce que ceux-ci paient 10’000 Afghani par mois pour faire le Jihad.

L’émergence de nouveaux groupes terroristes : les Talibans et Daesh

L’invasion des Talibans et de Daesh est la principale menace pour la nation Afghane. Les Américains et leurs alliés ont échoués dans leur guerre en Irak et en Afghanistan. Ils justifient leur présence par le soutien à l’armée afghane dans la région. Cependant, ils visent uniquement la réalisation de leurs objectifs stratégiques initiés il y a plus de 50 ans. Ils ont établi, formé et soutenu les Taliban et Daesh par l’intermédiaire de l’agence ISI du Pakistan et les leaders Arabes. Tout en faisant semblant de les combattre en apparence. Le plus étonnant, c’est que les gens qui servent les deux groupes ne connaissent ni l’islam, ni le Coran et encore moins la prière. Par contre, ils croient que s’ils tuent d’autres personnes, ils entreront au paradis, ce qui est purement non Islamique et non humanitaire. Un verset du Coran dit : « Lorsque tu tues un innocent c’est comme si tu as tué toute l’humanité ».

La rédaction valaisanne de Voix d’Exils

Principale source:

Le Huffington Post




نساء الانقاض في سوريا

Photo: rédaction neuchâteloise de Voix d'Exils

Photo: rédaction neuchâteloise de Voix d »Exils

( اليد التي تهزُّ مهد الطفل الصغير هي اليد القادره على تحريك العالم ) وليام روس والاس . ستنتهي الحرب في سوريا في يومٍ من الأيام ويلتقي جنرلات الحرب وأمرائها ، يتصافحون يشربون الأنخاب ويتقاسمون الغنائم …. أو ما تبقى منها وتخلو الجبهات من المقاتلين الذين ينصرفون كلٌ الى شيطانه او كابوسه . وحدها المرأة تبقى تداري حزنها ودموعها في ركن البيت او على النافذة تتصفح الخراب على جانبي الطريق وحيدةً تنتظر ابنها الشهيد ( الذي لن يعود ) خلال المقابلة التي أجريتها مع المحاميه والناشطة الحقوقيه  » لمى عنداني  » وهي معتقلة سياسيه سابقه قضت ٩ سنوات في سجون نظام القمع والدكتاتوريه في سوريا. قالت : في سوريا اكثر من ٢٣٥٠٠ ضحيه قضوا تحت اسقف البيوت المنهارة من جراء قصف طيران النظام الأعمى وحلفائه ، او من جراء القنص على الطرقات اثناء رحلة ( الرغيف ) المرعبه . في سوريا ٤٢٤٠ معتقلة في اقبية السجون وأفرع التحقيق الرطبه التي لا تراها الشمس يعانين اقسى حالاتِ الرعب والمعاناة على الصعيدين النفسي والجسدي ، وأقسم لك ان فحيح صوت الجلاد المرعب ما زال صداه في أذني وما زالت رائحة انفاسه الكريهه تخترقني وتشعرني بالغثيان الى هذا اليوم ، وفوق كل هذا تتعرض المرأة في تلك الأقبيه والزنازين كما هي في حواجز التشبيح ، للتحرش والإغتصاب . فالإغتصاب في بلدي لم يعد مجرد ردة فعلٍ لجنود غاضبين بل اصبح سياسةً ومنهجاً اثناء التحقيق او عند اقتحام البلدات والمدن من اجل كسر شخصيتها أو ارغام زوجها أو أخيها أو أو …على الإعتراف أو الإقرار بما يريدون ، وأؤكد لك ان الإغتصاب لم يعد مقتصراً على الفتيات والنساء الشابات بل تعداه الى نساءٍ فوق الخمسين كما حدث مع الحاجه ( رفقيه ) من حمص القديمه بل اكثر من ذلك فقد توثق لدينا الكثير من حالات الاغتصاب التي وقعت على الرجال والشباب اليافعين . أطرقت برأسها وأشاحت بوجهها عني لتخفي دموعاً تحاول ان تهرب من قبضة جفنيها …. صمتت قليلاً ثم قالت  » ستنبت الأحلام بين الركام ويرقص الحبُّ فوق جراح الحرب  » وسترى عندما تنتهي هذه الحرب القذره و ينقشع غبارها كيف ان النساء في سوريا وكما فعلت نساء الأنقاض ( les femmes de ruines ) في المانيا بعد الحرب العالميه الثانيه ونتيجة الدمار الشديد والنقص الكبير في أعدادالرجال ….. تحملت المرأة الألمانية مسؤولية ازالة آثار الحرب وإعادة الإعمار والبناء …كعادتها بصمتٍ وإصرار . كذلك النساء في سوريا المستقبل سيبنون وطناً جديداً يغسلون جراحه بالدمع ويجبلون اسمنته بالحبّ والأمل . ولكي اعطي الموضوع حقه اتجهت ببحثي نحو الشمال السوري العزيز على قلوبنا جميعاً وبالتحديد الى مدينة الحسكه أم الإنتفاضات ، فالمرأة الكرديه كانت اسبق من مثيلاتها على امتداد الوطن السوري اذ استطعن تنظيم أنفسهن عبر تنظيمات وجمعيات مدنيه بل وعسكريه ايضاً بسبب الظروف الموضوعيه الخاصه بالشعب الكردي وحالة الاستهداف من كل الأنظمه التي يرزحون تحت حكمها!!ومن تلك التنظيمات وعلى سبيل المثال -) اتحاد النساء الكرد في سوريا (HJKS) -) وحدات حماية المرأه (YPJ) وغيرهم كثير من اجل هذا كله اجريت مقابلةً مع الناشطه الكرديه الشابه (N-H) والتي تقيم حالياً في سويسرا وقد قالت لي : انهيت المرحله الثانويه من دراستي رغم كل المصاعب والعراقيل التي تضعها السلطه امام الأكراد بشتى الوسائل لكي تبقيهم فريسةً للجهل والتخلف ولكني تابعت دراستي في الاقتصاد وعملت في صفوف الهلال الأحمر السوري والذي هو اشبه ما يكون بالصليب الاحمر في اوروبا … عملت مع فريق الدعم النفسي لضحايا الحرب في سوريا وكان عملي يتركز بالدرجة الأولى مع الحلقة الأضعف في هذه الحرب ( النساء والأطفال ) وكل ما يعانونه من آثار ناتجه عن فقدان المأوى تحت قصف المدافع والطائرات إضافةً لليتم وما يعنيه من فقدان احد الأبوين بل الأسرة كلها في بعض الحالات وصولاً للإغتصاب والعنف الجسدي والنفسي وحتى تعرضهن للبيع كعبيدٍ وسبايا في سوق النخاسه في القرن الحادي والعشرين !! تعاملت مع كل الحالات التي وصلتني بمهنيةٍ ولم افرق بين كردي أو عربي ولأن قناعتي كانت دوماً ( أن الحريه والديمقراطيه ) هما الطريق الأفضل للوصول الى الوطن القومي ( الحلم ) الذي رضعناه من صدور امهاتنا ، سأذكر لك حادثه لها الأثر البالغ في نفسي صادفتها في منطقةٍ بعيده عن مسقط رأسي بحكم ظروف عملي ، هي عن فتاة في ريعان الصبا (١٩عاماً) اسمها  » منال  » اعتقلت في الجامعه لأنها رفعت علم الثوره على مبنى احدى الكليات مع زملائها وبقيت رهن الإعتقال اكثر من ٨ أشهر ثم اُفرجَ عنها بعد ذلك لتواجه نوعين من المصاعب والتحديات -الأول هو الآثار الناجمة عن ظروف اعتقالها من عنفٍ جسديٍ وتحرش من قِبَلِ الجلٌادين والمحققين -ثانيهما نظرات الشك والإتهام الذي تراه في عيون وعلى السنة أبيها وأخيها والتي تصل الى العنف في كثير من الأحيان وصولاً لتخلي خطيبها عنها وتركه إياها حتى أنّه لم يكلف نفسه عناء البحث عن أعذار ! وفِي آخر مرةٍ التقيت منال فيها قالت لي بصوتٍ اقرب للهمس يخنقه الألم ( أنا ما زلت في السجن لم أخرج منه بعد ، جدران السجن هي التي تبدلت بجدران غرفتي في البيت ، والسجان الذي لا أعرفه هناك الى سجانٍ بتُّ لا أعرفه الآن وهو اخي وأبي ) وفِي اليوم التالي سمعت أنَّ منال قد ألقت بجسدها من شرفة البيت في الطابق الرابع لتنهي معاناتها وترسل بموتها رسالةً صادمه الى الجميع بأنَّ على الظلم والتخلِّف أن يتوقف قصَّة منال قد انتهت ولكنَّ المأساة السوريه ما زالت مستمره وأعداد الضحايا في ازدياد وفِي مواجهةِ أصوات المدافع وهدير الطائرات تخبو أصوات الضحايا وتصبح مجرد ارقام في إحصائيات على شاشاتٍ بلا قلب أو مجرد أسماء على الحيطان … من اجل هذا تراني هنا ، ولكي لا ننسى منال وحتى لا تصبح رسالتها بلا معنى فلنحفظها في قلوبنا ولنكتبها بحروفٍ من دمِ ودمعِ ضحايانا : الشعب السوري لا يحتاج الى اسلحةٍ وقنابل ليتحرَّر ولكنه بحاجةٍ الى كل الشرفاء ومناضلي المجتمع المدني في العالم ليساعدوه على تحرير الأرواح والعقول أولاً وقبل كل شيء.
Informations

Version de l’article en français parue le 24 juillet 2017 sur Voix d’Exils disponible ici