Articles en Français | English | Arabic

Partager ses expériences : la clé d’une intégration réussie ?

Partager l'article sur les réseaux :
CC0 Public Domain
image_pdfimage_print
CC0 Public Domain

CC0 Public Domain

Une recherche canadienne se penche sur le partage d’expériences comme vecteur d’intégration

Le projet Cities of Migration du Global Diversity Exchange – un groupe de réflexion basé à l’Université Ryerson au Canada qui promeut des idées innovatrices – souligne l’importance du partage d’expérience comme un outil d’orientation entre les migrants de différentes générations ou de différents niveaux d’expérience dans leur société d’accueil.

Une recherche en psychologie sociale menée en Australie indique que les migrants s’intégrant le mieux socialement dans leur société d’accueil sont ceux qui sont indépendants et qui ont pris en main leur propre intégration et qui font des efforts proactifs pour atteindre leur objectif. L’argument de la « proactivité » en matière d’intégration est bien connu et est sans doute central pour influencer le processus de manière positive. Cependant, l’entreprenariat individuel est-il réellement suffisant pour assurer une intégration réussie ?

Au-delà du migrant entrepreneur

Selon une définition sociologique générale, « l’intégration sociale exige la maîtrise d’une langue commune acceptée de la société, l’acceptation des lois de la société, et l’adoption d’un ensemble commun de valeurs de la société.» Bien que la connaissance de la langue et des lois soit techniquement importante et indispensable, à mon avis, c’est l’adoption de l’ensemble des valeurs communes de la société qui aide éventuellement les migrants indépendants et proactifs à réussir. Cependant, pour de nombreux migrants, comprendre ces valeurs et prouver qu’ils les suivent n’est évidemment pas toujours facile et nécessite souvent des conseils ou du mentorat, surtout dans les cas des jeunes et des femmes avec leurs familles. Cela nécessite également une communication active avec le reste de la société pour changer les perceptions.

Il est aussi important de ne pas tomber dans l’erreur d’uniquement se focaliser sur la le migrant comme entrepreneur de l’intégration et prendre en compte la société. Des recherches récentes montrent que « le processus d’intégration dépend fortement de l’attitude de la société d’accueil et notamment de ses propres préjugés, raciaux en particulier ». Une société ouverte est donc le premier accès à l’intégration pour les migrants.

Deux exemples de pratiques basées sur le partage d’expériences

Il y a en réalité de nombreuses approches pour aider les migrants à relever le défi de l’intégration. Le projet Cities of Migration  du Global Diversity Exchange, un groupe de réflexion basé à l’Université Ryerson de Toronto, au Canada, a pour but d’identifier et exposer les meilleures pratiques locales du monde entier qui promeuvent l’intégration des migrants. Examinées ci-dessous, deux de ces meilleures pratiques soulignant l’importance du partage d’expérience comme un outil d’orientation entre les migrants de différentes générations ou de différents niveaux d’expérience dans la société d’accueil.

  1. Les jeunes ambassadeurs en Belgique

Depuis 2006, la municipalité de la ville belge de Gand  met en œuvre avec succès un projet impliquant des jeunes bénévoles issus de la migration qui sont parvenus à s’intégrer à Gand notamment en obtenant un emploi. Ils ont surmonté des obstacles qui frustrent la majorité de leurs pairs. Le projet entraîne d’abord ces jeunes à développer des compétences telles que: parler en groupes, faire des présentations, construire leurs histoires, et comprendre le marché du travail. Ensuite, il organise des réunions de groupe où ces « ambassadeurs » partagent et discutent leurs trajectoires biographique : leurs parcours scolaires, leurs expériences dans la recherche d’emploi. En plus de leur entraînement, les bénévoles reçoivent un soutien et des conseils tout au long de leur participation pour que cela fonctionne mieux. Le projet améliore leurs compétences sociales et leur donne l’opportunité d’obtenir de nombreuses nouvelles connexions.

En débattant des problèmes quotidiens auxquels leurs jeunes sont confrontés, les communautés migrantes locales croient que le projet contribue à améliorer leur situation en matière d’emploi et d’éducation. Les ambassadeurs ont déjà parlé à plusieurs milliers de personnes lors de ces réunions. Le projet fonctionne avec différents groupes d’audience, y compris: les jeunes, les parents, les enseignants, et les employeurs. Dans chaque groupe, le projet génère des avantages spécifiques. Par exemple, la motivation des jeunes augmente lorsqu’ils rencontrent une personne de sa communautés qui a réussi à s’intégrer en apprenant comment la personne a surmonté les défis.

Le projet vise également à éliminer les stéréotypes sur les jeunes migrants. Les employeurs ignorent souvent leurs candidatures lors des entretiens d’embauche en raison de l’image négative des migrants qu’ils peuvent parfois avoir du fait que souvent ils n’ont pas de diplômes d’études post-secondaires ou même d’études secondaires. En rencontrant les ambassadeurs, les employeurs ont l’opportunité d’entendre des histoires d’intégration réussie ce qui améliore leur image des migrants et leur fait voir « l’individu qui se cache derrière le migrant ».

  1. Les mères de voisinage en Allemagne

Depuis 2004, l’autorité locale du district de Neukölln de Berlin mène un projet  se basant sur un concept similaire à l’exemple précédent. Ici, l’accent est mis sur les besoins et les défis dans la prise en charge des familles et des enfants migrants, leur éducation, leur santé, et leur bien-être. Certaines mères migrantes ont déjà surmonté plusieurs difficultés liées à l’intégration et ont de l’expérience au niveau de l’interaction avec des fournisseurs de services et de soutiens locaux. La participation de ces femmes au projet est un travail rémunéré. Le projet entraîne ces femmes comme mentors ou facilitateurs communautaires afin de leur permettre d’aider les nouvelles familles migrantes – souvent isolées – à s’intégrer dans la communauté locale. Ces mentors rencontrent ainsi régulièrement les mères nouvellement arrivées pour les aider à surmonter leurs difficultés. La provenance commune et la culture familiale partagée par ces femmes permettent une communication efficace et aide les nouvelles arrivantes à s’ouvrir au changement. Le projet se base sur un réseau de plus de 100 mères de voisinage de différentes nationalités. Il coopère étroitement avec les fournisseurs de services et de soutiens locaux, y compris les écoles, et relie les parents à eux. Les mères de voisinage ont fourni des conseils et des informations à des milliers de familles avec plus de 10’000 enfants.

Etre orienté pour mieux s’intégrer

Il est important que les migrants adoptent les valeurs de la société d’accueil pour obtenir en retour les bienfaits de cette société et pour participer à sa construction permanente. Encore faut-il que la société en question soutienne activement ce processus d’intégration. Qu’il s’agisse de chercher une éducation et une formation adéquates pour assurer un emploi, ou d’être entreprenant et proactif, ou de communiquer et chercher des informations efficacement dans un environnement complexe, les exemples abordés ici démontrent que les migrants ont besoin avant tout d’une orientation pour trouver leur chemin dans la société d’accueil. Les pratiques interactives examinées ci-dessus démontrent que de telles orientations sont mieux réalisées grâce au partage d’expérience entre les migrants expérimentés et les nouveaux arrivants. Et cela conduit au final à une meilleure cohésion de la société dans son ensemble.

MHER

Contributeur à Voix d’Exils






Répondre

Votre message ne sera envoyé que si tous les champs marqués d'un *     sont remplis

Nom: *

WordPress Video Lightbox Plugin