Interview du photojournaliste Aram Karim

Auteure: Mungu, membre de la rédaction vaudoise de Voix d'Exils

De gauche à droite: Fabien (Radio Django), Aram Karim, Ronak (traductrice) et Taha (Voix d’Exils). Auteure: Mungu, membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils.

Interview réalisée par Voix d’Exils sur Radio Django le 19.04.2016

Ecoutez l’interview du photojournaliste kurde irakien Aram Karim, en exil en Suisse depuis novembre 2015, réalisée par Taha, membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils, sur Radio Django le 19 avril dernier.

Aram Karim explique le métier de photojournaliste et les sujets qu’il a traité dans son pays. Il évoque également son exil en Suisse, les nombreux soutiens qu’il a reçu dans son pays d’accueil, ainsi que son départ forcé prévu en mai de cette année.

Ecoutez l’interview en cliquant ici.

Un grand merci à Ronak pour la traduction simultanée ainsi qu’à notre partenaire Radio Django pour l’animation!

La rédaction vaudoise de Voix d’Exils

 

 

 




Mossack Fonseca a tué Monsieur Panda…

Pandama papers finalsÂmes sensibles s’abstenir

Les noms du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et du World Wildlife Fund (WWF) ont été utilisés à leur insu par le cabinet d’avocats panaméens Mossack Fonseca, qui est au cœur du scandale des « Panama Papers », pour créer des fondations dont l’objectif est de masquer l’identité des propriétaires de quelques 500 sociétés offshore. «  Selon la législation de Panama, les bénéficiaires d’une fondation peuvent être utilisés sans le savoir », indique un employé de Mossak Fonseca dans un e-mail interne. Cela signifie que (l’ONG) n’a pas conscience de cet arrangement. »

D’après les données des Panama Papers, ce système a été utilisé à plusieurs reprises pour cacher des avoirs recherchés par les autorités ou de l’argent soupçonné d’être le produit d’activités criminelles.

 Source :

Le Monde, «« Panama papers » : Mossack Fonseca abuse du nom de la Croix-Rouge pour cacher de l’argent sale »

La rédaction vaudoise de Voix d’Exils




Comment faire le « Buuz » ?

le "Buzz"

le « Buzz »

Recette d’un succulent plat traditionnel mongol

Ingrédients

Pour la pâte :

500 g de farine

10 dl d’eau

Pour la farce :

300 g de viande hachée de bœuf

1 oignon

2 gousses d’ail (facultatif)

100 g de chou blanc et de carotte

1 dl d’eau

1 pincée de sel et de poivre

 

Préparation en 3 étapes

Pour préparer la pâte, verser la farine dans un bol, ajouter l’eau puis mélanger le tout, jusqu’à obtenir une pâte. Laisser reposer la pâte environ 10 minutes en la couvrant avec un couvercle.

Pendant ce temps, préparer la farce. Verser la viande hachée (crue) dans un bol. Couper ensuite l’oignon, l’ail, la carotte et le chou blanc en petits carrés et verser le tout dans le bol. Ajouter l’eau, une pincée de sel et de poivre, puis mélanger. Laisser reposer la farce 10 minutes, en la couvrant avec un couvercle.

Prendre la pâte et la rouler de manière à former un long rouleau. Couper plusieurs petits morceaux du rouleau et les aplatir, un à un, à l’aide d’un rouleau à pâtisserie. Les petits morceaux de pâte doivent être ronds et fins. Prendre ensuite un morceau de pâte aplati et le remplir avec environ une cuillère à soupe de farce. Veillez à ne pas trop remplir le Buuz, afin de pouvoir le fermer. Refermer ensuite le Buuz, selon la technique expliquée dans la vidéo ci-dessous (séquence entre 02:07 et 02:28). Faire de même pour chaque Buuz. Une fois que tous les Buuz sont farcis et fermés, les faire cuire à la vapeur durant 15 minutes.

Vous pouvez servir les Buuz avec de la salade.

Bon appétit !

Munguu D

Membre de la rédaction vaudoise de Voix d’Exils

Infos:

Tutoriel pour bien réussir ses Buuz

 

 

 

 

 

 

 

 

 




S’exiler et poursuivre ses études en Suisse

Ali et Shadi sont deux étudiants Syriens qui poursuivent leurs études en Suisse. Photo: Voix d'Exils

Ali et Shadi sont deux étudiants Syriens qui poursuivent leurs études en Suisse. Photo: Voix d’Exils.

Ali et Shadi sont deux étudiants Syriens qui poursuivent leurs études en médecine et à la Haute Ecole Spécialisée de Lausanne. 

Contraints à s’exiler à cause de la guerre, ils se fraient alors un nouveau chemin pour poursuivre leur rêve ailleurs. Ces étudiants venus de Syrie trouvent finalement la paix et la sécurité en Suisse et se forment alors dans les branches qui les passionnent. Interview de Rama en live, le 22 mars dernier sur Radio Django, d’Ali et Shadi : deux étudiants Syriens qui poursuivent leurs études en médecine et à la Haute Ecole Spécialisée de Lausanne. Ecoutez l’interview en cliquant ici

Rama et Fabien animent l'émission du 22 mars. Photo: Voix d'Exils.

Rama et Fabien animent l’émission du 22 mars. Photo: Voix d’Exils.